Histoire

Le Gendarmenmarkt et la Friedrichstadt

Le Gendarmenmarkt est souvent présenté comme la plus belle place de Berlin, voire d’Europe !On doit ce qualificatif à l’écrivain et éditeur Friedrich Nicolaiqui résideau XVIIIe siècledans la capitale.

Au Siècle des lumières, la place semble exercer une véritable fascination. Aujourd’hui l’environnement architectural est foncièrement différent : les bâtiments autour de la place datentde l’époque de la reconstruction de la RDA ou de la réunification. Seuls trois édifices témoignent du passé du Gendarmenmarkt : le Französischer Domau nord, le Deutscher Dom au sud, etle KonzerthausdeKarl Friedrich Schinkel au centre.Pour paraphraser Goethe, « le religieux à droite, le religieux à gauche, et le laïque au centre ».

Même si la dénomination « Gendarmenmarkt » appartient au langage populaire berlinois depuis le XVIIIe siècle, son existence n’est officielle que depuis 1991. L’étymologie de ce terme renvoieà unrégiment cuirassierinstallé par Frédéric-Guillaume 1er de Prusse (1688-1740) à cet endroit. De 1736 à 1773, ce régiment – qui comptede nombreux officiers et nobles huguenots – y installe ses écuries, ses casernes et sa garde principale. Le vocable« gens d’armes »futimporté par les huguenots en exil dans la Marche de Brandebourg. Au fil de l’histoire, la place changera plusieurs fois de nom: le « Friedrichstädtischer Markt », le « Neuer Markt », ou encore la« Platz der Akademie » au temps de la RDA.

Le Gendarmenmarkt est situé à l’emplacement del’ancienne Friedrichstadt.Aujourd’hui partie intégrante ducentre historique de Berlin (entre la Schlossplatz et la porte de Brandebourg), la Friedrichstadt comptait parmi les faubourgs aménagés au-delà des fortifications de la ville par l’architecteJohann Arnold Nering à partir de 1688.

La « Friedrichstadt » tire son nom de son maître d’ouvrageFrédéric 1er de Prusse, prince électeur de Brandebourg (1657-1713), premier roi de Prusse en 1701.La « Friedrichstraße », axe principal nord-sud de la Friedrichstadt, fut nommée ainsi en hommage au souverain.La « Charlottenstraße », rue parallèle à la Friedrichstraße, portele souvenir de sa seconde épouse, Sophie Charlotte, première reine de Prusse.

Le territoire de laFriedrichstadt s’étendait au nord jusqu’à la Dorotheenstadt (l’actuelle Behrenstraße), à l’est jusqu’au Friedrichswerder, au sud jusqu’à Hallesches Tor, et à l’ouest jusqu’à la porte de Brandebourg. En 1709,la Friedrichstadtest intégrée à Berlin. Appréciée des huguenots, elle deviendra le « quartier français ».L’installation de réfugiés français dans ce quartier explique que la rue parallèle à la célèbre avenue « Unter den Linden »qui borde le Gendarmenmarkt au nord se nomme la « Französische Straße » (littéralement la « rue française »).